That Feeling…

I don’t think there’s anything worse than feeling unsafe at your own place…

Have you ever had some dark haunting feeling gnawing at your soul like a living thing or felt like some thick, slimy, sticky spider web is clinging to your soul and preventing you from feeling and seeing any beauty?

I’ve been feeling that way since yesterday, since the moment I found the poison in our pond. At first, I wondered what those reddish “seeds” could be, then I looked closer and there they were, at the bottom, those grains coated with red raticide… I couldn’t believe my eyes. I mean, how could someone, anyone, be so cruel and mean and try to kill innocent fishes? And then I thought of all the pets who come and drink in our pond – my Simba, of course, my parents’ dog, Indy, and all the cats in the neighborhood. And there are birds too, and other wild animals, and insects…

Someone trespassed onto our property and threw poison into our pond. Just like that. A premeditated act of cruelty and cowardice. Why? I have not the slightest idea. Among all the other things we did this summer, we dug that new pond, bigger than the one we had before, prettier too. It’s taken hours and hours of work already – and we still have to plant more perennials around it. Before, I loved to go out first thing in the morning to look at the fishes, scoop the dead leaves, listen to the soft whisper of the water. Now I have a feeling of dread everytime I go near the pond.

Someone invaded and violated my private “bubble” of nature and what they did make me fear they could do worse things in the future – glass shards or razorblades in meatballs for the dog and cats, for example…

I just don’t understand what’s wrong with some people. Really.

private property keep out signboard

Photo by Cesar Perez on Pexels.com

Il n’y a rien de pire que de ne pas se sentir en sécurité chez soi…

Avez-vous jamais eu la sensation que quelque chose vous hantait à chaque instant, comme si une ombre épaisse, collante et gluante vous noircissait l’âme et vous empêchait de voir et ressentir la beauté de ce qui vous entoure?

C’est ce que je ressens depuis hier, depuis l’instant où j’ai trouvé le poison dans notre nouveau bassin. Au début, je me suis demandé ce que pouvaient être ces “graines” rougeâtre au fond de l’eau, puis j’ai vu que c’était des grains de blé enrobés de raticide… Je n’en ai pas cru mes yeux. C’est vrai, qui pourrait être si cruel et méchant au point de vouloir tuer des poissons innocents? Un poisson, ça reste dans son eau, ça ne dérange personne. Et puis j’ai pensé à tous les animaux qui viennent boire dans ce bassin – mon Simba, bien sûr, le chien de mes parents, Indy, et tous les chats du quartier. Ainsi que des oiseaux, des animaux sauvages comme des martres et des fouines, et des insectes…

Quelqu’un est entré chez nous et a jeté du poison dans notre bassin. Juste comme ça. Un acte prémédité de cruauté et de lâcheté. Pourquoi? Je l’ignore. Parmi toutes les choses que nous avons faites cet été, nous avons creusé et arrangé ce bassin, plus grand et plus beau que celui que nous avions avant. Ça nous a demandé des heures et des heures de travail – et il nous reste encore des choses à faire. Avant, j’aimais sortir avant même d’avoir pris mon petit-déjeuner pour voir les poissons, enlever les feuilles mortes, écouter les murmures de l’eau. Maintenant, j’éprouve de la crainte chaque fois que j’approche du bassin.

Quelqu’un a envahi et violé ma “bulle” à moi et j’ai peur que ce ou ces personnes ne fassent pire la prochaine fois…

Je ne comprends pas ce qui ne va pas chez certaines personnes. Vraiment. Pourquoi tant de méchanceté, de cruauté, de haine…

 

© AnneT

Godsent #2

I will never forget the look in your big tearful eyes as I was holding you for the first time at the vet, all the trust and hope I could read there…

Part 2

There was something wrong with the left front leg of the kitten I’d just found… To me, it looked broken. Poor scared little kitty – no wonder she’d bit me if she was in pain! Now that I had her in the pet carrier, she seemed even smaller. Her fur was matted and muddy in places and she had scratches on the tips of her ears, on her head and on her nose.

I was very tempted to pet her, to try and reassure her… but if she’d been born from a feral mother then my attempts would make her even more miserable. She wouldn’t understand. She would try to escape. And I certainly didn’t want her to hurt herself more than she already was.

I tried to understand how I could find a kitten so young on her own. At first, I thought that she’d got lost, that she’d been left behind by her mother and brothers and sisters as they were crossing the yard because she’d been hurt and unable to follow. So I went back outside and searched for any sign of other kittens or a distressed mother cat. I looked into every nook and cranny I could think of, but there was no other cat around. (Except Simba, who thought it was fun looking around and then came back home with me.)

Then I thought that she might have escaped from one of the houses in the neighborhood. But when I said I should probably go and ask if anyone had lost a kitten, I was told that if anyone in the streets around had lost a kitten, they would try and find it themselves – that’s what pet owners are supposed to do, right?

I gave some water and some food to the little one – I only had dry food for spayed/neutered adult cat, but I guessed it was better than nothing. I had settled the carrier close to a radiator so she wouldn’t be cold, because she was wet.

After being so loud when I caught her and brought her home, she was very quiet. Simba checked on her a few times, as well as my parents’ dog. She must have been too scared to utter a sound.

As soon as I could call the vet, at 2 pm, I took an appointment for later in the afternoon, around 4 pm.

I had no idea what I was going to do with her because I wasn’t supposed to have more than one cat, and I already had Simba. But if I couldn’t keep her and I had to take her to a shelter, I had to have her leg checked first.

At the vet… The vet told me that the kitten’s leg wasn’t broken. The bad news was that the nerve had been damaged and she couldn’t feel the lower part of her limb (from her wrist to her fingertips), so she walked with her wrist bent, dragging the outside of her paw on the floor/ground. There was close to no chance of recovery.

If I was to adopt her, I’d have to keep her indoors. I’d have to make sure that she didn’t hurt her paw because it could lead to severe infection. And when she was one year old, she would have to have her left forelimb amputated. If I took her to a shelter, they would probably put her to sleep, because they already had far too many healthy and perfect kittens and wouldn’t know what to do with her.

I was told the bad news as I was holding against me my “feral” kitten and petting her for the first time, and she was looking up at me with her big tear-filled eyes full of hope.

And my heart broke.

IMG_0499 - Copie - Copie

Je n’oublierai jamais le regard que tu levais sur moi alors que je te tenais dans mes bras pour la première fois, chez le véto, toute la confiance et tout l’espoir dans tes grands yeux larmoyants…

2ème Partie

La patte avant gauche du chaton que je venais de trouver était bizarre… Pour moi, elle était cassée. Pauvre petite chose – pas étonnant qu’elle m’ait mordue, elle devait avoir terriblement mal! Maintenant que je l’avais dans la cage de transport, elle me semblait encore plus petite. Ses poils était emmélés et boueux par endroits et elle avait des égratignures sur le bout des oreilles, la tête et le nez.

J’étais tentée de la caresser, d’essayer de la rassurer… mais si elle était le fruit d’une mère sauvage, alors je ne ferais que l’effrayer davantage. Elle ne comprendrait pas. Elle essaierait de m’échapper. Et je ne voulais pas qu’elle se blesse plus qu’elle ne l’étais déjà.

J’ai essayé de comprendre comment j’avais pu trouver un chaton aussi jeune, tout seul. Au début, j’ai imaginé qu’elle s’était perdue, qu’elle avait été laissée derrière par sa mère et ses frères et soeurs alors qu’ils traversaient le jardin, parce qu’elle était blessée et n’avait pas pu suivre leur rythme. Alors je suis retournée dehors pour voir s’il n’y avait pas d’autres chatons ou une maman chat paniquée. J’ai regardé dans tous les coins et recoins, mais sans résultat. (Le seul chat que j’ai vu, c’était Simba, qui trouvait ça drôle de fouiner partout, avant de me suivre à la maison.)

Puis j’ai pensé qu’elle s’était peut-être enfuie d’une maison aux alentours. Mais quand j’ai émis l’idée d’aller faire du porte à porte pour demander qui avait perdu un chaton, on m’a dit que si quelqu’un la cherchait, ce quelqu’un essaierait de la retrouver – c’est ce que toute personne possédant un animal est supposée faire, non?

J’ai donné de l’eau et de la nourriture à la petite – je n’avais que des croquettes pour chat stérilisé, mais je me suis dit que c’était mieux que rien. J’avais installé la cage près d’un radiateur, pour qu’elle n’ait pas froid parce qu’elle était mouillée.

Après avoir crié si fort quand je l’avais attrapée et ramenée, elle était silencieuse. Simba allait la voir de temps en temps, ainsi que le chien de mes parents. Elle devait être trop désorientée pour émettre le moindre son.

Dès que j’ai pu, j’ai appelé le vétérinaire dès l’ouverture de la clinique et pris un rendez-vous pour l’après-midi même, vers 16 heures.

J’ignorais encore ce que j’allais faire d’elle parce que je n’étais pas censée avoir un deuxième chat, et j’avais déjà Simba. Mais si je ne pouvais pas la garder, si je devais la conduire dans un refuge, je voulais d’abord faire examiner sa patte.

Chez le vétérinaire. La véto m’a dit que la patte du chaton n’était pas cassée. C’était pire, puisque le nerf était endommagé – elle n’avait aucune sensation dans la partie inférieure de la patte (du poignet aux bouts des doigts). Elle marchait donc avec son poignet plié et traînait l’extérieur de la patte sur le sol.

Si je l’adoptais, je devrais la garder à l’intérieur. Je devrais m’assurer qu’elle ne se blesse pas au bout de la patte, ce qui pourrait conduire à une infection. Et quand elle aurait un an, il faudrait l’amputer. Si je décidais de l’emmener dans un refuge, ils l’endormiraient sans doute parce qu’ils avaient déjà bien assez de chatons en bonne santé et ne sauraient pas quoi faire d’elle.

La véto m’a dit tout ça alors que je tenais mon petit chaton “sauvage” pour la première fois et que je la caressais, et qu’elle levait vers moi ses grands yeux larmoyants plein d’espoir.

J’en ai eu le coeur brisé.

© AnneT

Whispers in the dark

pexels-photo-412463.jpeg

The first night, Simba purred/whispered to me in the dark:

“I vaguely remember… The softness and the warmth of my cat mother’s fur. The taste of her sweet milk on my tongue. Down my throat. Filling my tummy. The high-pitched meowings of my thrashing brothers and sisters as we blindly scrambled for the nearest nipple on our small weak legs or vied for our mother’s attention. The soft roughness of her tongue on my belly – all over me. I felt loved, safe, warm, and content.

“I vaguely remember… Seeing the world for the first time. Pouncing on my brothers and sisters, tumbling and rolling with them as we played the innate game of hunter and prey. Chasing them and being chased. Nibbling at ears, tails, and paws, and having mine nibbled in return. Smelling soft fur and breastmilk. Feeling their warm soft breaths on me when we slept curled up together. I felt loved, safe, and strong. I felt like I belonged there.

“I vaguely remember… A stranger’s voice, big hands picking me up, wrenching me away, unwilling, from my mother, brothers, and sisters. The loud final bang! of the door of the pet carrier as the sounds and smells of my family faded into the distance. The echoes of my terrified meowing in the cold plastic box as the car roared to life and took me away from my little world. I felt stunned, lost, and cold.

“I vaguely remember… Small awkward hands pulling me out of the carrier. A shrill voice. The same grabbing hands picking me up upside down, petting me rather roughly, pulling my tail or one of my legs to make me stay close. The big tree with the twinkling lights. The first night alone with no warm body to cuddle to, no soft purring sounds to lull me to sleep. How I cried that night, but my mother’s trilling didn’t answer, she didn’t lick my fear away. No one came. I felt sad, lost, scared, lonely, and cold.

“I vaguely remember… The tree’s disappearance, one day. Getting used to the small sticky hands, new games, and even to the shrill voice of the human child, to the gruff voices of the adults too. I was fed, and I was loved in a different way. The memories of my mother, brothers, and sisters were starting to fade away. I didn’t cry at night anymore. I didn’t meow to make me heard – I knew deep down that my mother couldn’t hear me. I purred to comfort myself when I was left alone or when I was stressed. I was starting to feel like I belonged there.

“I remember… Strong hands picking me up and pushing me roughly into the cold plastic carrier. The loud final bang! of the carrier door. The ride on the passenger seat – my terrified meowing as I was bounced from side to side. The car door opening, the hands grabbing the carrier and opening the door. The same ungentle hands pulling me out and throwing me away in the stunning cold. Landing in the freezing mud in the ditch.

“I remember…”

Of course, this is a fiction. But it could very well be Simba’s story. Or part of it could… who knows?

^  ^

=∴ ♥ ∴=

La première nuit, Simba m’a ronronné / soufflé dans le noir:

“Je me rappelle vaguement… La chaleur des poils de ma mère. Le goût de son lait si doux sur ma langue. Dans ma bouche. Au creux de mon ventre. Les miaulements aigus de mes frères et soeurs alors que nous nous bousculions sur nos pattes flageolantes pour atteindre la mamelle la plus proche ou que nous essayions d’attirer l’attention de notre mère. La douceur rapeuse de sa langue sur mon ventre – sur tout mon corps. Je me sentais aimé, en sécurité, au chaud, comblé.

Je me rappelle vaguement… Découvrir le monde pour la première fois. Sauter sur mes frères et soeurs et rouler avec eux dans ce jeu inné du chasseur et de la proie que nous jouiions ensemble. Courir après eux et me faire courir après. Mordiller des oreilles, des queues, des pattes, et me faire mordiller en retour. Sentir l’odeur de leurs poils doux et du lait maternel. Sentir leurs souffles tièdes sur moi quand nous dormions serrés les uns contre les autres. Je me sentais aimé, en sécurité et fort. J’étais chez moi.

Je me rappelle vaguement… Une voix inconnue, les grosses mains qui m’ont soulevé, m’arrachant à ma mère, mes frères et mes soeurs. Le claquement définitif de la porte de la cage de transport tandis que les sons et les odeurs de ma familles se perdaient dans le lointain. Les échos de mes miaulements terrifiés quand la voiture rugissante m’emmenait loin de mon monde. Je me sentais étourdi, perdu et j’avais froid.

Je me rappelle vaguement… Les petites mains maladroites qui m’ont extirpé de la cage. Une voix aiguë d’enfant. Ces mêmes mains qui me soulevaient la tête en bas, qui me caressaient un peu brutalement, qui me tiraient par la queue ou une patte pour que je ne m’éloigne pas. Le grand arbre et ses lumières qui clignotaient. Ma première nuit tout seul, sans corps chaud auprès de qui me pelotonner, sans doux ronronnement pour m’aider à trouver le sommeil. Comme j’ai pleuré cette nuit-là, mais ma mère n’a pas répondu, elle ne m’a pas léché pour m’apaiser. Personne n’est venu. Je me sentais triste, apeuré, seul et j’avais froid.

Je me rappelle vaguement… La disparition de l’arbre, un jour. Avoir commencé à m’habituer aux petites mains maladroites et poisseuses, à des jeux nouveaux, au son strident de la voix de l’enfant humain, à celles, bourrues, des adultes. J’étais nourri et aimé d’une manière différente. Le souvenir de ma mère et de mes frères et soeurs commençait à s’effacer. Je ne pleurais plus, la nuit. Je ne miaulais plus pour me faire entendre – je savais, tout au fond de moi, que ma mère ne pouvait pas m’entendre. Je ronronnais pour me réconforter quand on me laissait seul ou quand j’étais stressé. Je commençais à me sentir chez moi.

Je me rappelle… Les grosses mains qui m’ont soulevé et fourré sans ménagement dans la cage de transport. Le claquement sec et définitif de la porte. Le voyage sur le siège passager – mes miaulements terrifiés comme j’étais secoué dans tous les sens. La portière qui s’est ouverte, les mains qui se sont saisi de la cage et l’ont ouverte. Ces mêmes mains sans douceur qui m’ont attrapé pour me jeter dehors dans le froid hivernal. Mon atterrissage dans la boue glacée, dans le fossé.

Je me rappelle…”

Ceci est une fiction… à moins que ça ne soit la réalité. On ne le saura jamais.

© AnneT

Bad apples…

How we behave toward cats here below determines our status in heaven.

-Robert A. Heinlein

Right now, anger prevails – maybe I shouldn’t write while I’m so angry… sadness will predominate later.

Warning: strong language

Some days I’m just so torn between sadness and anger it hurts…

A cat and her four kittens abandoned in a hooded litter box, the whole thing taped close so it wouldn’t open… Two kittens abandoned in a box, in the snow, in the middle of nowhere with nothing but a can of frozen cat food… A kitten thrown out of a still speeding car… A very gravid cat taken to the woods and left there in the dead of winter…

When I read news like these, it makes me so mad. The f*cktards that do this kind of things are worth less than the most disgusting crap I could find under the sole of my shoes and if I found them there I’d burn it all to ashes. I can’t call them “human beings” because they are monsters. They deserve to die a slow and painful death – and I truly hope karma exists. Or Hell. They don’t deserve the oxygen they breathe.

It is also true for any sh*thead that hurts a dog/puppy, a child, an elderly person… any helpless living creature.

Can you tell they bring out the worst in me? It’s not like anyone has to have a cat. No one is forced to do anything. If you don’t want a cat, don’t get a cat. If you don’t want your cat to get pregnant and have babies… then have her spayed! It’s as easy as that. Don’t be a dumbass and do what’s right. For her, for the world. She isn’t to blame if she gets pregnant – you are. When you have a pet, you are responsible for her/him.

But the f*cktards? They don’t take responsibility for anything. They are heartless selfish monsters that take everything for granted. It’s just a cat after all, right?

“It’s just a cat.” It’s one of the sentences that I hate the most – don’t ever say it out loud in front of me. Actually, don’t think that sentence either – I will probably be able to tell that’s what you’re thinking. Things could get ugly very quickly.

Now you may think I’m overreacting. Well, no, I don’t think so. I can still see a small sick cat curled up around her kittens, half of them dead, the other half so weak no one knows if they’ll make it. This image is imprinted on my mind, on my heart, on my very soul…

Man is capable of the worst.

Mankind is affected – there are far too many bad apples. Beware, because one day, those bad apples could be the doom of all Mankind.

∴ – ∴

A cet instant, je suis en colère – peut-être ne devrais-je pas écrire alors que la colère domine… je sais que la tristesse l’emportera plus tard.

Il y a des jours où je suis partagée entre la tristesse et la colère, et ça fait mal…

Une chatte et ses quatre petits abandonnés dans une litière avec couvercle, le tout bien scotché pour que nul ne sorte… Deux chatons abandonnés dans une boîte, sous la neige, au milieu de nulle part, avec une boîte de pâtée congelée pour se donner bonne conscience… Un chaton jeté d’une voiture en marche, sans même ralentir… Une chatte gravide abandonnée en pleine forêt au cœur de l’hiver…

Quand je lis des histoires pareilles, je deviens enragée. Les tarés qui font ce genre de choses valent moins à mes yeux que la chose la plus répugnante que je pourrais trouver sous ma chaussure et d’ailleurs si je trouvais ça là, je brûlerais le tout. Ce sont des monstres, alors je refuse de les appeler des êtres humains. Ils méritent une mort lente et douloureuse – et j’espère sincèrement que le karma existe. Ou l’Enfer. Ils ne méritent pas l’oxygène qu’ils respirent.

C’est vrai pour toute personne qui fait du mal à un chat / chaton, mais aussi un chien / chiot, un enfant, une personne âgée… ou toute créature vivante sans défense.

Ils font ressortir ce qu’il y a de pire en moi – c’est évident, non? Ce n’est pas comme si on était obligé d’avoir un chat. Nul n’est obligé de rien. Si on ne veut pas de chat, on n’en prend pas. Si on ne veut pas que sa chatte tombe enceinte et fasse des petits… alors il faut la faire stériliser! C’est aussi simple que ça. Il ne faut pas jouer les cons; il faut faire le nécessaire. Pour elle, pour tout le monde. Ce n’est pas elle la responsable si elle attend des petits – c’est le crétin qui ne l’a pas fait stériliser. Quand on a un animal, on en est responsable.

Mais les tarés? Ils ne prennent jamais leurs responsabilités. Ce sont des monstres égoïstes et sans cœur qui croient que tout leur est dû. Ce n’est qu’un chat, après tout, pas vrai?

“Ce n’est qu’un chat.” Cette phrase fait partie de celles que je déteste le plus – mieux vaut ne pas la dire devant moi. Il vaut mieux ne même pas la penser devant moi, parce que je serais sans doute capable de l'”entendre” quand même. Et là, ça pourrait dégénérer très vite.

Vous pensez peut-être que je dramatise? Moi, je ne crois pas, non. Je vois encore cette petite chatte malade lovée autour de ses bébés, dont la moitié était déjà morts, et l’autre moitié si faibles qu’ils ne survivront peut-être pas. L’image est imprimée dans ma mémoire, dans mon cœur…

L’être humain est vraiment capable du pire.

L’humanité est gangrenée de l’intérieur. Il y a trop de pommes pourries. Attention, un jour, elles pourraient causer la perte de tout le panier.

© AnneT