Godsent #2

I will never forget the look in your big tearful eyes as I was holding you for the first time at the vet, all the trust and hope I could read there…

Part 2

There was something wrong with the left front leg of the kitten I’d just found… To me, it looked broken. Poor scared little kitty – no wonder she’d bit me if she was in pain! Now that I had her in the pet carrier, she seemed even smaller. Her fur was matted and muddy in places and she had scratches on the tips of her ears, on her head and on her nose.

I was very tempted to pet her, to try and reassure her… but if she’d been born from a feral mother then my attempts would make her even more miserable. She wouldn’t understand. She would try to escape. And I certainly didn’t want her to hurt herself more than she already was.

I tried to understand how I could find a kitten so young on her own. At first, I thought that she’d got lost, that she’d been left behind by her mother and brothers and sisters as they were crossing the yard because she’d been hurt and unable to follow. So I went back outside and searched for any sign of other kittens or a distressed mother cat. I looked into every nook and cranny I could think of, but there was no other cat around. (Except Simba, who thought it was fun looking around and then came back home with me.)

Then I thought that she might have escaped from one of the houses in the neighborhood. But when I said I should probably go and ask if anyone had lost a kitten, I was told that if anyone in the streets around had lost a kitten, they would try and find it themselves – that’s what pet owners are supposed to do, right?

I gave some water and some food to the little one – I only had dry food for spayed/neutered adult cat, but I guessed it was better than nothing. I had settled the carrier close to a radiator so she wouldn’t be cold, because she was wet.

After being so loud when I caught her and brought her home, she was very quiet. Simba checked on her a few times, as well as my parents’ dog. She must have been too scared to utter a sound.

As soon as I could call the vet, at 2 pm, I took an appointment for later in the afternoon, around 4 pm.

I had no idea what I was going to do with her because I wasn’t supposed to have more than one cat, and I already had Simba. But if I couldn’t keep her and I had to take her to a shelter, I had to have her leg checked first.

At the vet… The vet told me that the kitten’s leg wasn’t broken. The bad news was that the nerve had been damaged and she couldn’t feel the lower part of her limb (from her wrist to her fingertips), so she walked with her wrist bent, dragging the outside of her paw on the floor/ground. There was close to no chance of recovery.

If I was to adopt her, I’d have to keep her indoors. I’d have to make sure that she didn’t hurt her paw because it could lead to severe infection. And when she was one year old, she would have to have her left forelimb amputated. If I took her to a shelter, they would probably put her to sleep, because they already had far too many healthy and perfect kittens and wouldn’t know what to do with her.

I was told the bad news as I was holding against me my “feral” kitten and petting her for the first time, and she was looking up at me with her big tear-filled eyes full of hope.

And my heart broke.

IMG_0499 - Copie - Copie

Je n’oublierai jamais le regard que tu levais sur moi alors que je te tenais dans mes bras pour la première fois, chez le véto, toute la confiance et tout l’espoir dans tes grands yeux larmoyants…

2ème Partie

La patte avant gauche du chaton que je venais de trouver était bizarre… Pour moi, elle était cassée. Pauvre petite chose – pas étonnant qu’elle m’ait mordue, elle devait avoir terriblement mal! Maintenant que je l’avais dans la cage de transport, elle me semblait encore plus petite. Ses poils était emmélés et boueux par endroits et elle avait des égratignures sur le bout des oreilles, la tête et le nez.

J’étais tentée de la caresser, d’essayer de la rassurer… mais si elle était le fruit d’une mère sauvage, alors je ne ferais que l’effrayer davantage. Elle ne comprendrait pas. Elle essaierait de m’échapper. Et je ne voulais pas qu’elle se blesse plus qu’elle ne l’étais déjà.

J’ai essayé de comprendre comment j’avais pu trouver un chaton aussi jeune, tout seul. Au début, j’ai imaginé qu’elle s’était perdue, qu’elle avait été laissée derrière par sa mère et ses frères et soeurs alors qu’ils traversaient le jardin, parce qu’elle était blessée et n’avait pas pu suivre leur rythme. Alors je suis retournée dehors pour voir s’il n’y avait pas d’autres chatons ou une maman chat paniquée. J’ai regardé dans tous les coins et recoins, mais sans résultat. (Le seul chat que j’ai vu, c’était Simba, qui trouvait ça drôle de fouiner partout, avant de me suivre à la maison.)

Puis j’ai pensé qu’elle s’était peut-être enfuie d’une maison aux alentours. Mais quand j’ai émis l’idée d’aller faire du porte à porte pour demander qui avait perdu un chaton, on m’a dit que si quelqu’un la cherchait, ce quelqu’un essaierait de la retrouver – c’est ce que toute personne possédant un animal est supposée faire, non?

J’ai donné de l’eau et de la nourriture à la petite – je n’avais que des croquettes pour chat stérilisé, mais je me suis dit que c’était mieux que rien. J’avais installé la cage près d’un radiateur, pour qu’elle n’ait pas froid parce qu’elle était mouillée.

Après avoir crié si fort quand je l’avais attrapée et ramenée, elle était silencieuse. Simba allait la voir de temps en temps, ainsi que le chien de mes parents. Elle devait être trop désorientée pour émettre le moindre son.

Dès que j’ai pu, j’ai appelé le vétérinaire dès l’ouverture de la clinique et pris un rendez-vous pour l’après-midi même, vers 16 heures.

J’ignorais encore ce que j’allais faire d’elle parce que je n’étais pas censée avoir un deuxième chat, et j’avais déjà Simba. Mais si je ne pouvais pas la garder, si je devais la conduire dans un refuge, je voulais d’abord faire examiner sa patte.

Chez le vétérinaire. La véto m’a dit que la patte du chaton n’était pas cassée. C’était pire, puisque le nerf était endommagé – elle n’avait aucune sensation dans la partie inférieure de la patte (du poignet aux bouts des doigts). Elle marchait donc avec son poignet plié et traînait l’extérieur de la patte sur le sol.

Si je l’adoptais, je devrais la garder à l’intérieur. Je devrais m’assurer qu’elle ne se blesse pas au bout de la patte, ce qui pourrait conduire à une infection. Et quand elle aurait un an, il faudrait l’amputer. Si je décidais de l’emmener dans un refuge, ils l’endormiraient sans doute parce qu’ils avaient déjà bien assez de chatons en bonne santé et ne sauraient pas quoi faire d’elle.

La véto m’a dit tout ça alors que je tenais mon petit chaton “sauvage” pour la première fois et que je la caressais, et qu’elle levait vers moi ses grands yeux larmoyants plein d’espoir.

J’en ai eu le coeur brisé.

© AnneT

About a Ginger Kitty

I tried to keep my distance until I knew for certain that you weren’t microchipped… but who was I kidding? (April 2013)

Part 3

The first stop we made with the kitten was at my sister’s (sister #2). My whole family was there – my parents, my three sisters, their five kids and hubbies. It was noisy as hell – overwhelming to a kitten’s ears after so much time outside, I’m sure. No wonder he went so quiet. He made no sound.

But he didn’t have to – the both of us caught everyone’s attention as soon as I walked in. I guess I’d forgotten to tell anyone (anyone but the two sisters who were with me – #2 was my… er… accomplice, but #1 preferred to remain neutral) I wanted to go and see if I could find the ginger kitten. Oh, well… They were all looking from me to my father and from my father to me. He was giving me the look.

(Oh, come on… I know, I’m an adult, but how many of you can say they aren’t affected when one of their parents give them the look? And no lies… LOL)

Let me explain. My father does like cats, so I guess I should have told him (and my mother) what I’d planned to do. I’d have to take the little one to their home next, after all. And my parents knew, and I knew as well, that it wasn’t the best of time to adopt a kitten. Two weeks from then I was supposed to go to London with them to visit the place where my sister (#3) would get married. And the wedding was supposed to take place two months later, in April. I’d been supposed to wait after the wedding to adopt a cat or a kitten from a shelter…

But Fate – or God – had decided otherwise.

Still, against all odds, I had found the little ginger and I wasn’t taking him back to the farm. No way. I would make it work. My sisters had feared some outburst; there was none. I knew there wouldn’t be any. I guess I know our father better than they do. lol

He knows me well too since he told me he knew why I had brought back the little one – he looked a lot like the cat I had had before.

I had to surrender the kitten to my two eleven years old nieces (they are cousins who were born the same year, six weeks apart). They just couldn’t resist so much cuteness and couldn’t wait to play with him. Poor thing! He was still very quiet and still – he wasn’t even moving a whisker – as each, in turn, they took him onto their lap.

He was given food (thank God my sister had a cat – er… hold on, if she hadn’t, she’d have adopted the ginger kitten since her youngest daughter wanted it so, and I wouldn’t be telling his story) and water.

My youngest sister, sister #3, tried to make me feel guilty, saying I might be stealing someone’s kitten. And would I be happy if someone stole my kitten? Of course not! But then, the kitten had been on the farm for two weeks at the least and no one had come for him. I know that if I had lost my cat/kitten, I would have been searching for it everywhere – a kitten can’t wander that far on its own, can it? Still, I knew I wouldn’t find any peace of mind before I had him checked for a microchip. Or before I had checked all the lost pet sites …

When the time came to say goodbye to my sister (#2) and her family, her youngest daughter, the one who had been on the first pictures I had gotten of the kitten, started crying. I think she had thought the kitten would stay with her. She offered me to take her cat (a calico female) instead. It’s not so easy to explain to a three years old that, yes, you brought the kitten she had been wanting for herself to her home but, no, he was never meant to stay there with her. To tell her that while she did have a cat already who deserved all her love, I didn’t have one anymore. That as much as I loved her cat (she was a sweet girl), she wasn’t mine and would never be, whereas the kitten was now (or so I hoped!).

I took the ginger kitten with me. But as much as I was happy to know he would be warm and fed that night, deep down, I was afraid someone had a claim on him, and I knew the next couple of days wouldn’t be as happy as I had hoped they would be…

PS: When I started writing this story, I had no idea it would make three blog posts… and I’m not even done yet.

J’ai essayé de garder mes distances jusqu’à ce que je sois sûre que tu n’étais pas pucé… (Avril 2013)

3ème Partie

Premier arrêt: l’appartement de ma sœur. Toute la famille était réunie – mes parents, mes trois sœurs, leurs cinq enfants et leurs maris. Je suis sûre que c’était terriblement bruyant, surtout pour un chaton qui avait vécu dehors pendant si longtemps. Il n’émettait plus un son, il ne faisait plus un mouvement.

Mais le résultat était le même – nous avions capté l’attention de tous à peine franchi le seuil. Je suppose que j’avais oublié de dire à quiconque (sauf à mes deux sœurs qui étaient avec moi – #2 qui était… euh… ma complice, et #1 qui préférait rester neutre) mon intention d’aller à la recherche du chaton. Oups… Ils me regardaient, puis regardaient mon père, et inversement. Et lui, il avait ce regard…

(Oh, allez… qui peut dire, sans mentir, que cela ne l’affecte plus quand un de ses parents le regarde ainsi?)

Ne vous méprenez pas. Mon père aime les chats, alors j’aurais dû lui dire (et à ma mère aussi) ce que j’avais prévu de faire. Après tout, mon prochain arrêt avec le chaton, ce serait chez eux. Et mes parents savaient, tout comme moi, que ce n’était pas le meilleur moment pour adopter un chaton. J’étais censé aller à Londres deux semaines plus tard avec eux, pour visiter l’endroit où ma sœur (#3) devait se marier. Et ledit mariage aurait lieu en Avril, soit deux mois plus tard. J’étais supposé attendre que ce soit passé pour adopter un chaton ou un chat dans un refuge.

Mais le Destin – ou Dieu – en avait décidé autrement.

Contre toute attente, j’avais pu trouver le chaton et je n’avais pas l’intention de le ramener à la ferme. Pas question. Je prendrais soin du petit et je respecterais mes engagements. Mes sœurs avaient craint une tempête; je savais qu’il n’y en aurait pas. Il faut croire que je connais notre père mieux qu’elle. lol

Lui aussi me connait bien, parce qu’il s’est contenté de dire qu’il savait pourquoi j’avais craqué pour le petit rouquin – il ressemblait beaucoup au chat que j’avais perdu quelques années plus tôt.

J’ai dû laisser mes deux nièces de onze ans (elles sont cousines, nées à six semaines d’intervalle) prendre le chaton. Elles ne tenaient plus – elles avaient envie de jouer avec lui. Le pauvre! Il était toujours aussi silencieux et calme – il ne remuait pas même une moustache alors qu’elles le prenaient sur leurs genoux à tour de rôle.

Elle lui ont donné à manger (Dieu merci, ma sœur avait un chat – euh, en fait, si elle n’en avait pas eu déjà un, elle aurait sans doute adopté le chaton elle-même, et je ne serais pas en train de raconter son histoire) et à boire.

Pendant ce temps, ma plus jeune sœur, la numéro 3, essayait de me culpabiliser, disant que je volais peut-être le chaton de quelqu’un. Serais-je contente qu’on me vole mon chaton? Bien sûr que non! Mais ça faisait au moins deux semaines que le petit était à la ferme, et personne n’était venu le chercher. Je sais que si mon chat / chaton disparaissait, je me lancerais à sa recherche, je remuerais ciel et terre – et un chaton, ça ne peut pas aller bien loin par ses propres moyens, non? Pourtant, le doute s’était insinué dans mon esprit et je savais que je ne trouverais pas la paix avant de l’avoir emmené chez le vétérinaire pour vérifier s’il était pucé. Avant d’avoir été voir sur tous les sites d’animaux perdus.

Quand le moment est venu de dire au revoir à ma sœur (n°2) et à sa famille, sa plus jeune fille, celle qui était avec le chaton sur les premières photos que j’avais reçues, s’est mise à pleurer. Je crois qu’elle avait pensé que le chaton allait rester chez elle. Elle m’a offert de prendre sa chatte tricolore à la place. Ce n’est pas facile d’expliquer à une petite fille de trois ans que, oui, j’avais amené le chaton qu’elle voulait chez elle mais, non, il n’avait jamais été question qu’il y reste. Qu’elle avait déjà un chat qui méritait tout son amour, alors que moi je n’en avais plus. Que même si j’aimais beaucoup son chat, elle n’était pas à moi, alors que ce petit l’était, maintenant (ou du moins l’espérais-je).

J’ai emmené le chaton roux. Mais aussi heureuse que je puisse être à l’idée qu’il aurait chaud et qu’il serait bien nourri ce soir-là, l’idée que quelqu’un puisse avoir des droits sur lui allait me rendre les deux jours suivants bien difficiles…

PS: Quand j’ai commencé à écrire cette histoire, je n’aurais jamais pensé y consacrer trois posts… et elle n’est même pas encore tout à fait terminée!

© AnneT