That Feeling…

I don’t think there’s anything worse than feeling unsafe at your own place…

Have you ever had some dark haunting feeling gnawing at your soul like a living thing or felt like some thick, slimy, sticky spider web is clinging to your soul and preventing you from feeling and seeing any beauty?

I’ve been feeling that way since yesterday, since the moment I found the poison in our pond. At first, I wondered what those reddish “seeds” could be, then I looked closer and there they were, at the bottom, those grains coated with red raticide… I couldn’t believe my eyes. I mean, how could someone, anyone, be so cruel and mean and try to kill innocent fishes? And then I thought of all the pets who come and drink in our pond – my Simba, of course, my parents’ dog, Indy, and all the cats in the neighborhood. And there are birds too, and other wild animals, and insects…

Someone trespassed onto our property and threw poison into our pond. Just like that. A premeditated act of cruelty and cowardice. Why? I have not the slightest idea. Among all the other things we did this summer, we dug that new pond, bigger than the one we had before, prettier too. It’s taken hours and hours of work already – and we still have to plant more perennials around it. Before, I loved to go out first thing in the morning to look at the fishes, scoop the dead leaves, listen to the soft whisper of the water. Now I have a feeling of dread everytime I go near the pond.

Someone invaded and violated my private “bubble” of nature and what they did make me fear they could do worse things in the future – glass shards or razorblades in meatballs for the dog and cats, for example…

I just don’t understand what’s wrong with some people. Really.

private property keep out signboard

Photo by Cesar Perez on Pexels.com

Il n’y a rien de pire que de ne pas se sentir en sécurité chez soi…

Avez-vous jamais eu la sensation que quelque chose vous hantait à chaque instant, comme si une ombre épaisse, collante et gluante vous noircissait l’âme et vous empêchait de voir et ressentir la beauté de ce qui vous entoure?

C’est ce que je ressens depuis hier, depuis l’instant où j’ai trouvé le poison dans notre nouveau bassin. Au début, je me suis demandé ce que pouvaient être ces “graines” rougeâtre au fond de l’eau, puis j’ai vu que c’était des grains de blé enrobés de raticide… Je n’en ai pas cru mes yeux. C’est vrai, qui pourrait être si cruel et méchant au point de vouloir tuer des poissons innocents? Un poisson, ça reste dans son eau, ça ne dérange personne. Et puis j’ai pensé à tous les animaux qui viennent boire dans ce bassin – mon Simba, bien sûr, le chien de mes parents, Indy, et tous les chats du quartier. Ainsi que des oiseaux, des animaux sauvages comme des martres et des fouines, et des insectes…

Quelqu’un est entré chez nous et a jeté du poison dans notre bassin. Juste comme ça. Un acte prémédité de cruauté et de lâcheté. Pourquoi? Je l’ignore. Parmi toutes les choses que nous avons faites cet été, nous avons creusé et arrangé ce bassin, plus grand et plus beau que celui que nous avions avant. Ça nous a demandé des heures et des heures de travail – et il nous reste encore des choses à faire. Avant, j’aimais sortir avant même d’avoir pris mon petit-déjeuner pour voir les poissons, enlever les feuilles mortes, écouter les murmures de l’eau. Maintenant, j’éprouve de la crainte chaque fois que j’approche du bassin.

Quelqu’un a envahi et violé ma “bulle” à moi et j’ai peur que ce ou ces personnes ne fassent pire la prochaine fois…

Je ne comprends pas ce qui ne va pas chez certaines personnes. Vraiment. Pourquoi tant de méchanceté, de cruauté, de haine…

 

© AnneT

Bad apples…

How we behave toward cats here below determines our status in heaven.

-Robert A. Heinlein

Right now, anger prevails – maybe I shouldn’t write while I’m so angry… sadness will predominate later.

Warning: strong language

Some days I’m just so torn between sadness and anger it hurts…

A cat and her four kittens abandoned in a hooded litter box, the whole thing taped close so it wouldn’t open… Two kittens abandoned in a box, in the snow, in the middle of nowhere with nothing but a can of frozen cat food… A kitten thrown out of a still speeding car… A very gravid cat taken to the woods and left there in the dead of winter…

When I read news like these, it makes me so mad. The f*cktards that do this kind of things are worth less than the most disgusting crap I could find under the sole of my shoes and if I found them there I’d burn it all to ashes. I can’t call them “human beings” because they are monsters. They deserve to die a slow and painful death – and I truly hope karma exists. Or Hell. They don’t deserve the oxygen they breathe.

It is also true for any sh*thead that hurts a dog/puppy, a child, an elderly person… any helpless living creature.

Can you tell they bring out the worst in me? It’s not like anyone has to have a cat. No one is forced to do anything. If you don’t want a cat, don’t get a cat. If you don’t want your cat to get pregnant and have babies… then have her spayed! It’s as easy as that. Don’t be a dumbass and do what’s right. For her, for the world. She isn’t to blame if she gets pregnant – you are. When you have a pet, you are responsible for her/him.

But the f*cktards? They don’t take responsibility for anything. They are heartless selfish monsters that take everything for granted. It’s just a cat after all, right?

“It’s just a cat.” It’s one of the sentences that I hate the most – don’t ever say it out loud in front of me. Actually, don’t think that sentence either – I will probably be able to tell that’s what you’re thinking. Things could get ugly very quickly.

Now you may think I’m overreacting. Well, no, I don’t think so. I can still see a small sick cat curled up around her kittens, half of them dead, the other half so weak no one knows if they’ll make it. This image is imprinted on my mind, on my heart, on my very soul…

Man is capable of the worst.

Mankind is affected – there are far too many bad apples. Beware, because one day, those bad apples could be the doom of all Mankind.

∴ – ∴

A cet instant, je suis en colère – peut-être ne devrais-je pas écrire alors que la colère domine… je sais que la tristesse l’emportera plus tard.

Il y a des jours où je suis partagée entre la tristesse et la colère, et ça fait mal…

Une chatte et ses quatre petits abandonnés dans une litière avec couvercle, le tout bien scotché pour que nul ne sorte… Deux chatons abandonnés dans une boîte, sous la neige, au milieu de nulle part, avec une boîte de pâtée congelée pour se donner bonne conscience… Un chaton jeté d’une voiture en marche, sans même ralentir… Une chatte gravide abandonnée en pleine forêt au cœur de l’hiver…

Quand je lis des histoires pareilles, je deviens enragée. Les tarés qui font ce genre de choses valent moins à mes yeux que la chose la plus répugnante que je pourrais trouver sous ma chaussure et d’ailleurs si je trouvais ça là, je brûlerais le tout. Ce sont des monstres, alors je refuse de les appeler des êtres humains. Ils méritent une mort lente et douloureuse – et j’espère sincèrement que le karma existe. Ou l’Enfer. Ils ne méritent pas l’oxygène qu’ils respirent.

C’est vrai pour toute personne qui fait du mal à un chat / chaton, mais aussi un chien / chiot, un enfant, une personne âgée… ou toute créature vivante sans défense.

Ils font ressortir ce qu’il y a de pire en moi – c’est évident, non? Ce n’est pas comme si on était obligé d’avoir un chat. Nul n’est obligé de rien. Si on ne veut pas de chat, on n’en prend pas. Si on ne veut pas que sa chatte tombe enceinte et fasse des petits… alors il faut la faire stériliser! C’est aussi simple que ça. Il ne faut pas jouer les cons; il faut faire le nécessaire. Pour elle, pour tout le monde. Ce n’est pas elle la responsable si elle attend des petits – c’est le crétin qui ne l’a pas fait stériliser. Quand on a un animal, on en est responsable.

Mais les tarés? Ils ne prennent jamais leurs responsabilités. Ce sont des monstres égoïstes et sans cœur qui croient que tout leur est dû. Ce n’est qu’un chat, après tout, pas vrai?

“Ce n’est qu’un chat.” Cette phrase fait partie de celles que je déteste le plus – mieux vaut ne pas la dire devant moi. Il vaut mieux ne même pas la penser devant moi, parce que je serais sans doute capable de l'”entendre” quand même. Et là, ça pourrait dégénérer très vite.

Vous pensez peut-être que je dramatise? Moi, je ne crois pas, non. Je vois encore cette petite chatte malade lovée autour de ses bébés, dont la moitié était déjà morts, et l’autre moitié si faibles qu’ils ne survivront peut-être pas. L’image est imprimée dans ma mémoire, dans mon cœur…

L’être humain est vraiment capable du pire.

L’humanité est gangrenée de l’intérieur. Il y a trop de pommes pourries. Attention, un jour, elles pourraient causer la perte de tout le panier.

© AnneT